11
oct.

De l’image de la femme au XXIe siècle

Il arrive souvent que des sociétés (qui n’ont pour autres buts que de vendre leurs produits) passent par des moyens « détournés »pour faire parler d’elles. Un exemple : créer une fondation plutôt que de lancer une nouvelle campagne de publicité.
Ne nous trompons pas, le but reste le même. Dove, par exemple, s’est lancé dans une brèche avec sa fondation : The Dove Self-esteem Fund (Fondation Dove pour l’estime de soi). Après une premier spot très remarqué sur le net l’année dernière, l’entreprise récidive avec celui-ci dont l’accroche est : parlez à votre fille avant que les pubs ne lui parlent.


On peux, bien entendu, critiquer ces pratiques : Dove ne se sert bien entendu de son image que pour tenter de vendre plus de savons(avec en sous-entendu des idées de beauté intérieure, de pureté du savon…etc.)
Je ne pensais même pas faire un billet sur ces pratiques mais il se trouve que le jour où je découvre cette vidéo, je tombe quelquesheures après sur celle-là.

Le contraste est tout de même assez terrible.
Je me demande en effet ce que nous apporte ce genre de messages. Dans les vidéos-clip de ces derniers temps (particulièrement pour la musique Rap américaine), nous saturons d’images de bimbos siliconées en bikini se tortillant (pour être polis) comme des …(à toi de remplir le blanc).
Rappelons quand même que nos teenagers (et nous avant eux) écoutons et regardons beaucoup les vidéo-clip.Le plus dommageable est l’effet que cela produit inconsciemment sur les plus jeunes.
En gros, pour réussir dans la vie, être célèbre et passer à la télé (l’ascension ultime !) ; tu as deux choix :
A- Tu es un mec : il te suffit d’avoir du fric et de traiter les femelles comme elle le méritent,
B- Tu es une nana : tu dois être belle, mince (mais avec de gros seins, même s’ils ne sont pas vrais et que ca se voit), tu doissavoir rouler des fesses et ta seule préoccupation sera d’attirer l’attention du plus riche de tous les gars que tu vas rencontrerpour qu’il paye tes prochaines chirurgies esthétiques (et toujours paraitre 10 ans de moins).
Suis-je un vieux schnock de 30 ans qui sous-estime les capacités des adolescents à décoder ces images et à ne pas les prendre (ni) au premier degré, ni comme une réalité réelle ?
Et je ne parle même pas de l’association de la musique de Beethoven à ce… morceau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>