31
oct.

Passage du temps – Lille 3000

Vernissage de l’expo « Passage du temps » dans le cadre des manifestations de Lille 3000 hier soir, pour « l’équipe » 15h15.net ! lille 3000 - Passage du temps by 15h15.net
Pour les amateurs d’art (contemporain), c’est une aubaine ! Pour la première fois, des œuvres de la collection François Pinault (oui, le patron de PPR !) est présenté au « Tripo’ « .
(Le Tripo’, est l’ancien Tri Postal, situé derrière la Gare Lille Flandres, qui – depuis 2004 – est un lieu d’échanges culturels, concert ou Expo. Résultat, un lieu unique permettant à l’exposition de s’étaler sur 6000 M² !)

L’endroit est magique donc, et les œuvres disséminées sur 3 étages selon 6 thématiques, un vrai labyrinthe : on se perds, on se balade, on revient sur ses pas…
Pour apprécier toutes les symboliques, je te conseille fortement la visite guidée : l’art contemporain n’est peut être pas si accessible pour les non-initiés que nous sommes… Mais on en sort remplis d’émotions !
J’y suis allé, comme beaucoup, pour retrouver certaines « têtes d’affiches » :
Gilbert & Georges (dont l’immense Blood Tears Spunk Piss),
Pierre & Gilles ( 6 tableaux !) ;

pour découvrir également les œuvres de :
Dan Flavin ( première installation de l’expo, longue de 50 m, dans lequel nous « entrons » pour commencer la visite), ou
Cindy Sherman (qui se travestit dans toutes ses photos pour dénoncer nos sociétés et leur image), …Gilbert & Georges - Cry - Passage du temps by 15h15.net

et on découvre d’autres artistes :
Aernout Mik (Organic escalator : un accident ? des réfugiés politiques ? la cohue d’un grand magasin ?, regarde de plus près…),
Pierre Huyghe (L’ellipse : tirée d’un film de Win Wenders, l’artiste retrouve l’acteur principal et invente une scène manquante où l’acteur doit retrouver son contact de l’autre côté de la Seine à Paris, 10 ans après le film),
Douglas Gordon (Through a looking glass : l’artiste reprend une scène de Taxi Driver : De Niro menace son reflet en créant un double face à face, plongeant le spectateur au centre de deux films joués en décalé),
Adel Abdessemed (Séparation : Des sangliers lâchés dans les rues de Paris pour dénoncer les violences urbaines ou La naissance de l’amour : un film montrant un chat en plan serré mangeant un rat mort…),
Shirin Neshat (Artiste Iranienne, dans l’installation Rapture, elle pointe la situation des hommes, seuls dans leur tour de pouvoir face aux femmes, voilées),
Bill Viola (Going forth by day, The Voyage : dans une pièce, 5 vidéos qui retracent les passages d’une journée ; ou d’une vie (de la naissance à la mort), non sans rappeler des thèmes très religieux.)

Bref, encore beaucoup d’autres coups de coeur dans cette expo (je vais d’ailleurs surement y retourner…)
Et je la conseille ! C’est jusqu’au 1er janvier…

PS : les photos sont interdites, j’en ai fait les frais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>